Drôle de reprise pour le XV de France. Les joueurs ont retrouvé Marcoussis et le staff des Bleus après plusieurs semaines de négociations entre les clubs professionnels et la Fédération française de rugby. Au cœur du conflit, la disponibilité des joueurs pour les six matches au programme de la sélection. Raphaël Ibanez, manager du XV de France, est revenu sur cette période tendue dans le Super Moscato Show ce lundi sur RMC. 

Une période pesante pour le staff

« Ça a été un temps politique assez pesant pour l’encadrement technique, dans la préparation des matches, a-t-il reconnu. On est très heureux de pouvoir enfin s’engager. C’était sans doute la moins mauvaise solution pour le XV de France. On a des règles du jeu, on les connait, maintenant on se mobilise pour le match face au pays de Galles. » LNR et FFR sont tombés d’accord pour un groupe de 31 joueurs chaque semaine (contre 42 demandés par Fabien Galthié) et une limite de trois matches disputés par joueur.

Ibanez a réagi aux propos de Christophe Urios, le coach de l’Union Bordeaux-Bègles, qui, comme plusieurs entraîneurs de Top 14, s’est emporté contre les demandes de la FFR. « C’est se foutre de la gueule du monde », avait jugé Urios face à la demande d’un groupe de 42. « Ce n’est pas une lubie, dans les clubs professionnels, ils s’entraînent à 42 voire 45 joueurs, a répondu Ibanez. C’est nécessaire pour répondre à l’exigence du très haut niveau. On a trouvé une solution, on va solliciter les joueurs de l’équipe de France à VII et des moins de 20 ans pour compléter les manques et atteindre 42 joueurs. » 

Objectif Irlande

Le staff du XV de France n’a pas abordé le sujet avec les joueurs, préférant se concentrer sur les échéances à venir. « Aujourd’hui, on s’est retrouvé avec tellement de joie. J’ai senti des joueurs heureux de se lancer dans cette période internationale, a souligné Ibanez. On a pas cherché à revenir sur cette période là dans nos discours, on est dans le sportif. On est sur une semaine de préparation éclair, on doit très vite se recentrer avec précision sur l’approche tactique ».

Si les Bleus débutent contre le pays de Galles, samedi en amical, la dernière rencontre du Tournoi des Six Nations face à l’Irlande la semaine suivante est forcément l’objectif principal. « L’Irlande, c’est notre priorité, a reconnu Ibanez. Avec la possibilité de se donner le droit de gagner le Tournoi. » Le XV de France affrontera ensuite les Fidji (15 novembre), l’Écosse (22 novembre), l’Italie (28 novembre) et un sixième adversaire qui reste à déterminer. 

« Faire preuve d’adaptation »

Les règles mises en place compliquent le travail du XV de France sur les semaines à venir. « On va devoir faire preuve d’adaptation, il va falloir être agile dans les compositions et l’approche des matches en fonction des adversaires, a jugé Ibanez. Il faut essayer de transformer une situation délicate en opportunité. Une opportunité pour les joueurs de montrer qu’ils peuvent incarner l’équipe nationale et ce qui a fait sa force cet hiver, un état d’esprit, une dynamique. » 

https://rmcsport.bfmtv.com/rugby/conflit-ffr-lnr-la-moins-mauvaise-solution-pour-le-xv-de-france-estime-ibanez-1993802.html

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.