Au moment de justifier les choix de la composition de son XV, jeudi, Jacques Brunel a invité les journalistes à « ne pas accorder trop d’importance » au match contre l’Argentine, samedi (9h15 à Tokyo). Il a pourtant tout du match capital. Pour Philippe Saint-André, prédécesseur de Brunel sur le banc des Bleus (2011-15), il s’agit même « d’un huitième de finale ».

Le groupe le plus dense du Mondial

Les résultats en chute libre des Français depuis huit ans les laissent au-dessus d’un vide qu’ils n’ont jamais connu de manière aussi précoce dans un Mondial. Car les Français ont été placés dans le groupe (le C) le plus dense de la compétition avec l’Angleterre, l’Argentine, les Tonga (vainqueur des Bleus en poule en 2011!) et les Etats-Unis. Avec seulement deux places qualificatives pour les quarts de finale, ce France-Argentine, opposant deux concurrents directs pour ces sésames, est déjà décisif. 

Les Bleus ont toujours atteint les quarts

Un revers face aux Pumas mettrait déjà les Bleus dans l’embarras alors que l’Angleterre, éliminée dès la phase de groupe en 2015, semble la mieux armée. Les Français n’auraient plus de joker et ne seraient plus maîtres de leur destin pour une qualification en quarts, qu’ils n’ont jamais manqués depuis la première édition du Mondial en 1987. Voilà le vide au-dessus duquel ils sont suspendus. Voilà, aussi, leur unique ambition pour le moment.

Les raisons de s’inquiéter sont réelles face à une nation qui a pris l’habitude de leur jouer des mauvais tours comme cette défaite en ouverture du Mondial 2007. Seulement 11es au classement World Rugby, les Argentins présentent des garanties et une cohésion nouvelles depuis qu’ils se frottent chaque année, depuis 2012, à la Nouvelle-Zélande, l’Australie et l’Afrique du Sud dans le Rugby Championship.

La réussite de la franchise des Jaguares, finalistes du Super Rugby, offre de sérieux atouts aux hommes de Mario Ledesma qui a construit son XV autour des joueurs de l’équipe (13 titulaires sur 15 face à la France y évoluent). La sélection reste sur une période compliquée mais a chahuté les Blacks en juillet dernier (20-16).

Les Bleus restent sur deux victoires face aux Pumas

D’un autre côté, les coéquipiers de Guilhem Guirado ont des raisons d’y croire. Le renforcement du staff a apporté un vent nouveau mais encore perfectible dans une équipe traumatisée par les échecs répétés sous le mandat Brunel, marqué de peu de coups d’éclats. Ceux-si se sont justement produits conte l’Argentine comme ce 27-0 infligé à Tucuman en juin 2016 où ce succès face aux Pumas (28-13) à Lille en novembre 2018. La faiblesse de la mêlée adverse offre un levier à ces Bleus qui n’attendent qu’un déclic pour chasser les doutes. 

« Mais les Argentins, c’est pire, a rappelé l’ancien sélectionneur et membre de la Dream Team RMC Philippe Saint-André ce vendredi dans Bourdin Direct sur RMC. Ils ont perdu neuf matchs d’affilée! On leur a mis 30 points au mois de novembre (28-13). On a une jeune génération avec du talent. On a encore des vieux grognards comme Guirado, Slimani, Huget, Médard qui sont revanchards. Enfin, on a eu une belle préparation durant trois mois. »

https://rmcsport.bfmtv.com/rugby/coupe-du-monde-pourquoi-france-argentine-est-deja-capital-1771363.html

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.