Auteur de la meilleure saison de sa carrière en 2019 à 34 ans, vainqueur notamment de Liège-Bastogne-Liège, Jakob Fuglsang doit depuis ce dimanche faire face à des soupçons de dopage. Le leader de la formation Astana, actuel numéro deux mondial, est accusé d’avoir eu recours aux services du sulfureux préparateur Michele Ferrari. L’Italien est banni à vie du monde du sport depuis 2012 pour avoir été l’architecte du programme de dopage de Lance Armstrong, septuple vainqueur déchu du Tour de France. 

« Préoccupé par ces rumeurs » 

Dimanche, trois médias danois et norvégien ont eu accès à un rapport de la Fondation antidopage dans le cyclisme (CADF), organisme indépendant mandaté par l’Union cycliste internationale (UCI). Selon ce document, Jakob Fuglsang « bénéficie du programme de dopage de Michele Ferrari », alors que son coéquipier Alexey Lutsenko l’aurait rencontré dans la région niçoise. Le nom de Michele Ferrari reste associé au dopage généralisé dans le monde du cyclisme dans les années 1990, à l’image de l’utilisation de l’EPO dans le peloton. Le rencontrer pour des activités en lien avec le cyclisme est passible de suspension pour les athlètes. 

Présent à un stage d’entraînement en altitude à Tenerife, Jakob Fuglsang est sorti de son silence ce lundi sur son compte Instagram. « Je conteste avoir rencontré le docteur Ferrari, se défend Fuglsang. Je n’ai connaissance d’aucun rapport et je peux confirmer qu’aucune procédure n’a même été ouverte par les autorités antidopage compétentes contre moi. Je suis extrêmement préoccupé que de telles rumeurs puissent être diffusées dans la presse ». 

Voir cette publication sur Instagram

Statement

Une publication partagée par Jakob Fuglsang (@jakobfuglsang_official) le 3 Févr. 2020 à 11 :05 PST

Ferrari se défend aussi d’avoir rencontré Fuglsang 

De son côté, Michele Ferrari a dénoncé « un canular médiatique ». « Le rapport est basé sur de faux témoignages de parties probablement intéressées », a indiqué l’Italien, réfutant avoir rencontré les coureurs lors du Tour de Catalogne 2019 comme cela lui est reproché dans le rapport. Plusieurs témoins auraient aperçu Ferrari entraîner avec son scooter Jakob Fuglsang dans la région monégasque. « Je n’ai jamais été su un scooter ou une moto de toute ma vie », se justifie t-il encore.  

De son côté, l’équipe Astana a affirmé être en contact avec l’UCI et la CADF « pour en savoir plus ». « Pour le moment, aucune procédure n’a été engagée contre un coureur affilié à l’équipe, assure l’équipe dirigée par Alexandre Vinokourov, suspendu en tant que coureur pour dopage en 2007. Astana est convaincue que si la CADF avait des preuves d’actes répréhensibles, une procédure disciplinaire aurait été immédiatement engagée. » Dans ce climat de suspicion, Jakob Fuglsang sera attendu en Espagne pour la reprise de sa saison le 19 février prochain lors du Tour d’Andalousie.

https://rmcsport.bfmtv.com/cyclisme/cyclisme-accuse-d-etre-un-client-de-l-ancien-medecin-d-armsrong-fuglsang-se-defend-1851771.html

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.