LES TOPS
Les trois-quart fidjiens

Avec cinq des sept arrières évoluant en France, les Bleus savaient à quoi s’attendre. Ils ont pourtant été surpris sur une énorme incursion du Bordelais Semi Radradra, qui a résisté à trois Bleus, dont son coéquipier Baptiste Serin, qu’il a écarté d’un vulgaire raffut. Le centre de l’UBB a fait planer un frisson à la défense française sur chaque ballon touché. Le Toulonnais Josua Tuisova y est aussi allé de son essai pour conclure une superbe action en première main (30e). Vereniki Goneva a bien cru enfoncer le clou en aplatissant mais l’arbitre a refusé cet essai pour une légère position de hors-jeu au départ de l’action. A ce moment, les Bleus auraient pu être menés 7-19… Ils ont contraint les Français à défendre tout au long du match. La défense a tout repoussé en deuxième période pour offrir une victoire historique à leur île.

Guilhem Guirado 

Déjà auteur d’un essai face à l’Afrique du Sud, puis contre l’Argentine, le talonneur s’est offert un doublé pour porter son total à 8 en 62 sélections. Il l’a fait sur deux ballons portés, seul arme efficace des hommes de Jacques Brunel en première mi-temps. C’est aussi lui qui a exhorté ses coéquipiers à conserver leur calme après chacun des deux essais encaissés. Cela vaut aussi pour Louis Picamoles et Mathieu Bastareaud, deux autres tauliers, qui ont limité la casse dans les moments chauds.

L’arbitrage-vidéo

Les Bleus peuvent remercier l’arbitrage-vidéo, qui a permis notamment de déceler un léger hors-jeu sur l’action qui aurait pu permettre aux Fidji d’inscrire un troisième essai en première mi-temps (37e). Il en a refusé un autre en deuxième (50e) pour un plaquage à retardement sur Yoann Huget. Sur ce coup, les Fidjiens peuvent s’en vouloir puisqu’ils auraient pu faire un petit break (ils menaient alors 14-15). Cela ne les a pas pénalisés puisqu’ils se sont imposés.

LES FLOPS
L’apathie française

Après la victoire face à l’Argentine la semaine dernière, le XV de France est retombé dans ses travers, comme le redoutait Jacques Brunel. Les Bleus ont encore réalisé une entame catastrophique et auraient même pu se retrouver menés 7-19 (37e). Ils ont finalement basculé miraculeusement en tête à la pause (14-12). Apathique, le XV de France n’a pas réussi à contrecarrer le plan de jeu adverse, l’impact, ni la vitesse des trois-quarts adverses. A défaut d’originalité dans le jeu, ils se sont appuyés sur deux ballons portés pour rester dans le match.

La peur des duels

Les Fidji ont donné une petite leçon de rugby à l’équipe de France dans le jeu proposé mais surtout dans l’engagement. Les Fidjiens ont remporté la grande majorité de leurs duels face à des Bleus, comme tétanisés par la force de frappe de leurs adversaires. Les entrants, très jeunes pour la plupart, n’ont pas vraiment apporté le coup de boost attendu.

Les trois quart français

A l’exception de Mathieu Bastareaud, précieux pour gratter certains ballons chauds, les trois quarts français n’ont rien proposé dans le jeu. Faute de munition sûrement mais aussi d’imagination avec des actions mal négociées, aucune dans des zones proches de la ligne d’en-but. Harassé par le combat, Camille Lopez a été le symbole de cette machine enrayée alors que Benjamin Fall et Teddy Thomas ont été aux abonnés absents. Les deux essais sur un ballon porté sont symptomatiques de ce manque d’idée. 

https://rmcsport.bfmtv.com/rugby/france-fidji-tops-et-flops-d-une-soiree-catastrophique-et-historique-1573746.html

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.