La géopolitique se serait-elle une fois de plus invitée sur les tatamis? Un judoka iranien, le champion du monde des moins de 81 kilos, Saied Mollaei, aurait-il fait exprès de perdre contre le Kazakh Raslan Mussayev, en quart de finale du tournoi de Paris, dimanche? Et ce, pour éviter de rencontrer l’Israélien Sagi Muki au tour suivant?

« Nous allons très sérieusement analyser le cas car il n’est pas facile d’expliquer, d’un point de vue méthodologique, comment l’athlète a perdu ce combat », a déclaré le président de la Fédération internationale de judo, Marius Vizer.

Ippon après seulement 18 secondes

Au vu des images, le judoka iranien, bête physique, ne produit pas de grands efforts pour empêcher son adversaire de placer ses mains puis de lancer sa technique. Il semble même que Mollaei va amplifier la chute sur le mouvement d’épaule de Mussayev. Un ippon après seulement 18 secondes de combat, cela parait surprenant pour un combattant de sa trempe.

Surtout face à Mussayev, 21 ans, dont le meilleur résultat est une deuxième place dans un modeste tournoi au Kazakhstan. Avant de perdre sur Mussayev, Mollaei avait en plus battu deux hommes forts: le Japonais Kohara mais surtout l’Allemand Wieczerzak, champion du monde 2017. Ce qui rend son revers sur Mussayev d’autant plus surprenant.

Plusieurs précédents entre l’Iran et Israël

En cas de victoire, Mollaei se serait retrouvé contre Muki, champion d’Europe 2018, en demie. Fin 2018, Mollaei avait été accusé par des journaux israéliens d’avoir simulé une blessure lors de sa demi-finale au tournoi d’Abu Dhabi contre le Belge Casse, pour ne pas affronter Muki en finale, justement.

Aucune suite n’avait été donnée à cette affaire. En 2004, Arash Miraesmili, champion du monde en titre des moins de 66 kilos, se présentait en favori aux JO 2004. Opposé à un Israélien au 1er tour, il avait préféré ne pas se présenter. En Iran, il était rentré en héros, avec un gros chèque signé par la présidence.

Mollaei ne s’est pas présenté sur le podium

« C’est une situation très complexe, reprend Marius Vizer. L’impact du sport est réel. Il faut parfois dans la vie en considérer tous les aspects, le risque et les précautions à prendre pour la famille. La contradiction entre le souhait de nos athlètes et le système auquel ils appartiennent. Vous savez aussi qu’en tant qu’individu, outrepasser le système, en particulier dans son pays, c’est presque impossible. »

Vainqueur de son premier match de repêchage, Mollaei a affronté le Russe Khalmurzaev, champion olympique 2016 pour tenter de glaner le bronze. L’Iranien l’a emporté mais une vieille blessure se serait réveillée au moment du mouvement pour la gagne. Mollaei était attendu sur le podium pour recevoir sa médaille de bronze et ainsi poser aux côtés de Muki, médaillé d’argent derrière l’Allemand Ressel. Il n’est pas venu …

« D’un point de vue sportif et d’équité, nous analyserons bientôt la solution en étant convaincu de trouver la solution la plus juste, a promis Marius Vizer, le président de la Fédération internationale de judo. Par le passé, nous avons résolu de nombreuses situations difficiles auxquelles d’autres sports sont confrontés. J’espère faire la même chose dans ce cas. »

https://rmcsport.bfmtv.com/judo/judo-la-troublante-defaite-d-un-judoka-iranien-au-tournoi-de-paris-1630186.html

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.