Ce serait une révolution dans le rugby mondial. Comme révélé par Midi Olympique, et confirmé par RMC Sport, World Rugby, via son vice-président Agustin Pichot, étudie la possibilité de remanier en profondeur le calendrier international et surtout de faire disparaître les tournées d’été et d’automne. A la place, une compétition internationale réunissant les douze meilleures nations de la planète tous les ans au mois de novembre. L’idée a avancé cet été en marge de la Coupe du monde de rugby à VII à San Francisco au mois de juillet et elle sera étudiée jeudi à Sydney.

Bernard Laporte est pour

En Nouvelle-Zélande, le président de la Fédération Steve Tew verrait d’un bon œil ce chamboulement intéressant à la fois sportivement et financièrement. Du côté de la Fédération Française de Rugby, Bernard Laporte, qui sera présent jeudi, y est également très favorable. Il serait même un élément moteur de cette réflexion. « La France est très active dans ces discussions, nous a-t-on confirmé à la FFR. Nous sommes favorables à cette réflexion. Il faut repenser le calendrier international car les tournées de juin posent désormais problème. Il était temps de poser la question. » Car pour beaucoup, les tournées de juin, avec bien souvent des équipes diminuées et des joueurs fatigués de l’hémisphère nord, sont désormais considérées comme obsolètes. Mais aussi pas rentables pour les nations du Sud.

Une première en 2020 dans l’hémisphère nord?

En Australie, la modalité et la faisabilité de cette nouvelle compétition, sorte de Ligue des Nations, seront étudiées dans les heures à venir. Si la réflexion avance, elle pourrait même être à l’ordre du jour, voire entérinée, à l’occasion de l’Assemblée générale de World Rugby au mois de novembre à Londres. Avec l’ambition d’une première édition en 2020, un an après la Coupe du monde au Japon. Elle pourrait avoir lieu dans l’hémisphère nord, avant de basculer dans le Sud un an plus tard. Reste à savoir si l’ensemble des pays y sera favorable, en particulier l’Angleterre que l’on dit bien plus dubitative.

« Je refuse d’être le complice de la ruine du rugby, déclarait Pichot dans les colonnes du Guardian voilà quelques jours. Je suis un homme d’affaires. Je veux donc l’instauration d’un modèle commercial viable tout en veillant à ce que les sélections soient respectées. (..) Si le rugby veut devenir une entreprise grande et solide, nous ne pouvons pas nous comporter comme une organisation de la vieille école. Nous avons un rendez-vous à Sydney pour rouvrir la porte. Je pense que toutes les parties doivent accepter de se revoir, travailler ensemble pour voir ce qui est le mieux. »

https://rmcsport.bfmtv.com/rugby/la-fin-des-tournees-et-la-creation-d-une-ligue-des-nations-en-rugby-1529476.html

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.