C’est un appel au secours lancé par Paul Goze. Le président de la Ligue nationale de rugby s’est exprimé ce dimanche pour interpeller les pouvoirs publics afin de les sensibiliser à la situation catastrophique dans laquelle se trouve le Top 14. A l’arrêt depuis le mois de mars, le championnat de France professionnel pourrait ne pas se relever de la pandémie de coronavirus. Surtout si les compétitions reprennent à huis clos ou avec un public très restreint dans les prochains mois.

« Il est impératif que l’Etat aide le rugby professionnel, sinon il serait menacé de disparition, ou tout du moins plusieurs clubs risqueraient de déposer le bilan s’il n’y a pas une aide très forte », a expliqué le patron du rugby français sur Europe 1. En formulant une demande très précise: une exonération de charges jusqu’au 31 décembre 2021 et un éventuel fond de soutien si les huis clos se poursuivaient au-delà du 31 décembre 2020. 

Une perte de 150 millions d’euros d’ici la fin de l’année

Goze justifie sa requête par le fait que les clubs du Top 14 vivent en grande partie grâce aux recettes liées à la billetterie et aux jours de match. Pas tellement grâce aux droits TV. Avec la crise du Covid 19, les gains liés au sponsoring vont également baisser à l’heure où de nombreuses entreprises réduisent leur budget de communication. Le président de la LNR préconise en parallèle une baisse importante des salaires des joueurs dans les clubs où ce sera nécessaire. Afin d’éviter que certaines équipes mettent la clé sous la porte. 

Si les matchs se jouent sans public (ou avec très peu) jusqu’à la fin de l’année civile, Goze estime que la perte financière s’élèvera à près de 150 millions d’euros pour le rugby professionnel français. Pour l’instant, la date de reprise du Top 14 est fixée à début septembre.

https://rmcsport.bfmtv.com/rugby/le-top-14-est-menace-de-disparition-l-appel-a-l-aide-de-paul-goze-president-de-la-ligue-1924274.html

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.