Alors qu’il a très peu joué en simple cette année, Nicolas Mahut, 37 ans, a franchi le 1er tour de Roland-Garros en éliminant le demi-finaliste surprise de l’an passé, Marco Cecchinato, après un combat renversant de cinq sets (2-6, 6-7 [6], 6-4, 6-2, 6-4).

Il s’est pris la tête à deux mains, comme si lui-même n’y croyait pas. Nicolas Mahut a réussi un exploit que personne n’avait vu venir, que ce soit avant le tournoi, ou surtout quand il était mené deux manches à rien sur le court Simonne-Mathieu par Marco Cecchinato, la révélation de 2018 (victoire sur Djokovic, puis demi-finale). L’an passé, Mahut, lui, avait rendu les armes dès le 1er tour, battu sur le Suzanne-Lenglen par un Juan Martin del Potro à qui il avait confié ceci: « Si ça doit être la dernière fois, je suis content que ce soit contre toi. »

A l’époque, Mahut ne savait même pas s’il aurait l’occasion de jouer une nouvelle fois Roland-Garros en simple. A 36 ans, 37 désormais, l’Angevin se savait sur la fin. Cette année, il n’a joué qu’un petit match sur le circuit principal en simple, une défaite au 1er tour à Montpellier. Sinon, il s’est contenté d’apparitions sur le circuit Challenger, sans grand relief. Retombé très loin au classement (253e), Mahut ne doit sa présence dans le tableau parisien qu’à l’invitation accordée par les organisateurs, à laquelle un Paul-Henri Mathieu n’avait pas exemple pas eu droit, par exemple, en son temps.

Et malgré ce sésame, Mahut n’arborait pas forcément un large sourire avant le tournoi. Abandonné temporairement par son compère Pierre-Hugues Herbert (il fera équipe avec l’Autrichien Jürgen Melzer en double), le vétéran français souffrait du dos ces dernières semaines, ce qui rendait difficile à envisager un tel exploit, sur une surface aussi exigeante que la terre battue. C’était sous-estimer le cœur de « Nico » qui, porté par ses proches, et par le public d’un court Simonne-Mathieu qui a vécu là son premier grand frisson, a donc réussi à renverser la vapeur face au 19e joueur mondial (2-6, 6-7 [6], 6-4, 6-2, 6-4).

Bien sûr, Cecchinato, s’il a garni son palmarès depuis (victoires à Umag et Buenos Aires), n’a pas totalement retrouvé le niveau de jeu qui était le sien lors de sa folle quinzaine de l’an passé. Mais l’Italien est très loin d’avoir donné le match (51 coups gagnants, 34 fautes directes), et il faut surtout souligner les 74 montées au filet d’un Mahut conquérant. Comme à ses plus belles heures. Son prochain adversaire (Haase ou Kohlschreiber) saura à quoi s’en tenir.

http://www.sports.fr/tennis/roland-garros/articles/mahut-l-exploit-venu-de-nulle-part-2481812/

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.