Le président de Montpellier Mohed Altrad, interrogé par RMC Sport, fait toujours de Franck Azéma sa priorité pour prendre les rênes du staff la saison prochaine. Mais sa libération bloque à Clermont.

C’est l’homme dont on parle beaucoup ces dernières semaines. A Clermont comme à Montpellier. L’actuel manager auvergnat Franck Azéma a décidé de faire ses valises cet été. C’est une certitude depuis le mois de février, après onze ans passés en Auvergne. Mais pour faire quoi et aller où? Un break après une nouvelle saison forcément éprouvante? C’est possible. Une nouvelle aventure sur le banc du MHR? C’est dans les tuyaux depuis un bon moment mais toujours pas bouclé.

Les deux parties se verraient pourtant bien travailler ensemble. « Franck nous intéresse, a confirmé le président montpelliérain Mohed Altrad à RMC Sport vendredi. Le poste l’intéresse. C’est lui-même qui l’a dit. Clermont a déclaré dans la presse qu’il le libérait et qu’il comptait sur quelqu’un d’autre. Je n’ai pas de contact particulier ni de négociation en cours avec l’ASM concernant Franck. Je sais, notamment à travers des agents, que Franck veut sortir. Tout le monde est d’accord pour qu’il parte mais je ne négocie pas avec l’ASM. »

Ce n’est plus franchement un secret depuis longtemps: Azéma est effectivement la priorité de Montpellier qui s’était auparavant intéressé au Lyonnais Pierre Mignoni. Mohed Altrad est aussi catégorique que limpide: « Le job est pour Franck. Mais Franck ne peut pas le prendre. Et je ne peux pas lui donner tant qu’il n’est pas libéré. Juridiquement, on ne peut avoir deux contrats avec deux clubs différents. »

Azéma n’a effectivement rien signé à Montpellier. Du moins pas encore. Car pour rejoindre l’Hérault, il faudra trouver un accord financier. Ce qui n’est toujours pas le cas. Et c’est justement le fond du problème. Plusieurs sources nous ont indiqué ces derniers jours que le dossier n’avançait pas. Au contraire. Certains sont même désormais plus pessimistes sur une issue favorable. Et ce même si, comme nous l’évoquions vendredi, sa succession est en passe d’être bouclée puisque le Rochelais Jono Gibbes devrait s’engager, dans les jours à venir, pour trois ans en Auvergne.

Et si Philippe Saint-André continuait?

Que se passerait-il en cas d’échec? « On ne cherche pas d’entraineur ailleurs, précise Altrad. On a dit que le job était pour Franck. C’est clair. » Mais si ce n’était pas lui? Une solution interne ne serait pas à exclure avec Philippe Saint-André, dont le travail est apprécié. Une forme de statu quo. 

« Lorsque Philippe nous a rejoints, son souhait était de ne pas entrainer, souligne Altrad. Il est venu en tant que directeur du rugby. C’était clair. Maintenant, il dépanne dans cette saison compliquée et je ne le vois pas nous laisser tomber un matin en disant qu’il ne voudrait plus entrainer. Il continue. C’est un homme responsable. »

De là à poursuivre aussi la saison prochaine? Réponse du président montpelliérain: « Ce n’est pas son souhait. Il a assez entrainé. Il souhaite occuper le poste de directeur de rugby, qui ne se limite pas à la partie sportive. » Effectivement, l’ancien sélectionneur ne devait prendre les rênes sportives que pour terminer la saison, après l’éviction de Xavier Gabrajosa en janvier. Pas plus. « PSA » ne l’a jamais caché et lui-même ne voyait pas poursuivre au-delà de cet intérim. Il devait reprendre de la hauteur pour récupérer son poste de directeur du rugby. Cette logique pourrait cependant évoluer si l’on en croit certains interlocuteurs. Mais à quel point? Saint-André, ragaillardi par les bons résultats de ses troupes, dit se concentrer sur les échéances à venir. Et elles sont nombreuses à court terme.

Sur le même sujet

Quant à Altrad, il nous a assuré ne pas avoir fixé de deadline quant à une éventuelle arrivée de Franck Azéma, qui tarde pourtant à se concrétiser. « On a assez de pression pour bien terminer la saison, dit-il. Ce n’est pas la peine d’en rajouter. Les choses se passent à peu près bien pour nous. On appréhende les prochains matchs. On devait jouer ce week-end. Ce ne sera malheureusement pas le cas. C’est dommage qu’il n’y ait plus de journée disponible pour rejouer cette rencontre (contre Toulon). Le calendrier sera surchargé avec trois matchs en l’espace de sept ou huit jours. Ce n’est pas idéal. » Relancé ces dernières semaines, le MHR pointe aujourd’hui à la 11e place du classement, tout en étant qualifié pour le dernier carré du Challenge européen.

Jean-François Paturaud

https://rmcsport.bfmtv.com/rugby/top-14/montpellier-le-job-est-pour-azema-mais-je-ne-peux-pas-lui-donner-selon-altrad_AV-202104170078.html

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.