Le récit rapporté par Julie Boursier ressemble à un long calvaire. Il se serait déroulé entre 2010 et 2013 au club de natation de l’AAS Sarcelles, dans le Val d’Oise. Au nord de la région parisienne. L’ancienne nageuse, âgée de 15 ans à l’époque, explique y avoir été violée à plusieurs reprises par un autre nageur de son groupe. A son domicile, où les athlètes se retrouvaient régulièrement entre deux séances, mais aussi dans les cabines des vestiaires communs.

« Il m’embrassait de force, et je ne sais plus comment, mais il a commencé à insérer ses doigts, presque à chaque fois, décrit-elle selon L’Equipe, qui a eu accès aux PV d’audition. Des fois, je me débattais et ça me faisait encore plus mal. Il me maintenait contre les parois. Plusieurs fois il m’a refermé la porte sur les doigts. Il me mordait les lèvres pour que je ne fasse pas de bruit, car il y avait les autres nageurs de l’autre côté. Des fois, j’étais tellement fatiguée de l’entraînement que je ne faisais rien, j’attendais que ça passe. J’avais honte. »

« Un seul cas en 52 ans, c’est extraordinaire », estime Guy Canzano

Une honte qui l’a empêchée de déposer plainte jusqu’en juillet 2018. Entre-temps, Julie Boursier a tout de même alerté la direction du club sur sa situation. Sans succès. Guy Canzano, le charismatique président de l’AASS, et sa femme Christiane, vice-présidente, n’ont pas donné plus d’importance que cela à ses accusations.

« J’ai créé ce club il y a cinquante-deux ans. C’est vous dire qu’un seul cas, en cinquante-deux ans, c’est extraordinaire, a confié Guy Canzano le 4 mai à L’Equipe. On est un club réputé sérieux. On jouit d’une réputation intéressante au niveau fédéral et international. Et cette réputation, j’y veille énormément, et je tiens à la garder et à ne pas perdre tous ces avantages acquis en cours de route pour des bêtises de cet ordre-là. »

Tentative de suicide et suivi psychiatrique

La Fédération française de natation a également été alertée par cette affaire via un courrier de la mère de Julie, fin 2018. Là encore, en vain. « J’ai eu connaissance des faits le jour où elle s’est ouvert les veines chez nous (début 2017, ndlr) », révèle celle qui se bat depuis aux côtés de sa fille. Traumatisée et suivie par un psychiatre, Julie Boursier, désormais âgée de 25 ans, travaille pour une société de streaming.

Sa plainte pour viol a été classée sans suite en 2019, mais l’apparition de nouveaux éléments a récemment entraîné la réouverture de l’enquête. Il s’agit de témoignages accablants pour le nageur accusé. Un de ses anciens partenaires affirme l’avoir vu entrer dans « des cabines occupées », précisant qu’il « s’est déjà fait prendre avec des filles dans les vestiaires par les agents d’entretien de la piscine ».

Le nageur accusé est introuvable

Une autre nageuse du groupe l’accuse directement de lui avoir touché la poitrine alors qu’elle dormait dans un mini-bus, au retour d’une compétition. La mère de Julie a été auditionnée par la gendarmerie le 22 mai. Le nageur en question, lui, reste pour l’heure introuvable.

https://rmcsport.bfmtv.com/natation/natation-le-calvaire-de-julie-boursier-violee-a-15-ans-par-un-autre-nageur-1937241.html

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.