Après avoir obtenu son billet sur 100m dos, le jeune nageur français Yohann Ndoye Brouard s’est également qualifié pour les Jeux olympiques de Tokyo sur 200m dos. Marie Wattel ira elle aussi à Tokyo sur 100m nage libre.

Ndoye Brouard double la mise

Ce week-end, à Marseille, les nageurs français ont l’occasion de décrocher leur sélection pour les Jeux olympiques de Tokyo (23 juillet-8 août 2021). Après sa qualification sur le 100m dos vendredi, Yohann Ndoye Brouard s’est ainsi qualifié ce samedi sur le 200m dos.

Le nageur d’Annecy devait pour cela battre le record de France car le temps de qualification exigé était plus rapide que le meilleur chrono français détenu par Benjamin Stasiulis (1’56’’37 demandé contre 1’56’’39 pour le record). Qualifié de justesse ce matin pour la finale et émoussé de ses émotions de la veille, le grand (2m) et jeune (20 ans) nageur qui s’entraîne à l’INSEP avec Michel Chrétien s’est imposé dans cette finale dans sa ligne d’eau numéro 1 avec un chrono de 1’56’’10.

Un record mais pas de qualification pour Marchand

Léon Marchand, lui, s’est emparé du record de France du 400m 4 nages. Le nageur toulousain a amélioré son propre record en 4’14’’97. Son ancienne marque était de 4’16’’37. A 19 ans, celui qui s’entraînera l’an prochain aux Etats-Unis avec Bob Bowman, l’ancien mentor de Michael Phelps, a échoué de peu à réaliser le minima olympique (4’13’’39).

Marie Wattel a de son côté remporté le 100m nage libre de ce meeting Golden Tour de Marseille en 53’’32 et s’est emparée du ticket olympique pour Tokyo sur la distance. La nageuse du Cercle des nageurs de Marseille a nagé plus rapidement que les 53’’40 réalisés en décembre dernier par Béryl Gastaldello lors des championnats de France de Saint-Raphaël en décembre dernier.

La belle opération de Wattel

Une seule place par épreuve est disponible sur cette période de qualification de trois mois qui se termine ce dimanche. C’est donc Marie Wattel qui a sécurisé sa place sur la distance reine, Béryl Gastaldello étant restée aux Etats-Unis où elle vit et s’entraîne.

« J’ai stratégiquement fait la pire chose que je pouvais faire à savoir partir à fond, racontait à bout de souffle la nageuse qui s’entraîne à Loughborough en Angleterre. Mais c’est ce que je voulais faire, prendre des risques et partir vite car si je suis en finale des Jeux, les meilleures filles partent comme ça. Ça a vraiment fait mal. Sur le dernier 25m je pensais que ça n’allait pas passer. Mais parfois nager avec le cœur ça paye et ça fait plaisir. » Une phrase terminée dans un sanglot étouffé. Déjà qualifiée sur le 100m papillon pour Tokyo, Marie Wattel est apparue très émue à l’arrivée.

« Je me rappelle qu’aux Jeux de 2016 je m’étais rendue compte que les meilleures sur 100m papillon étaient les meilleures sur 100m nage libre, que l’on retrouvait les mêmes filles, expliquait Wattel. Et je me suis dit je veux être parmi ses filles là, je veux être parmi les meilleures sprinteuses au monde. C’est un pari que je me suis lancé il y a 4 ans et demi maintenant et ça se réalise donc c’est cool. » Elle est devenue la deuxième performeuse française de l’histoire derrière le record de France de Charlotte Bonnet (52’’74), en réalisant la quatrième meilleure performance mondiale de la saison.

Julien Richard

https://rmcsport.bfmtv.com/natation/natation-wattel-sur-100m-et-ndoye-brouard-sur-200m-dos-qualifies-pour-les-jo_AV-202103200250.html

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.