Un triplé en 10 minutes face aux Verts avec les U17

A Lyon, peu ont oublié ce derby contre Saint-Etienne avec les U17 en 2003. Remplaçant, le jeune Ben Arfa entre en jeu alors que les Gones sont menés 2-0. « Il nous fait gagner dans les arrêts de jeu alors qu’on est menés au score. Sur les deux engagements, il nous marque deux buts et bascule le match, se souvient le formateur Armand Garrido. Et le pire c’est que tu avais l’impression que tous les joueurs en face étaient restés sur les talons. Il a été capable de dribbler l’équipe adverse et aller enfiler deux perles à la 94e minute du match. Voilà, c’était Hatem. »

L’étonnant challenge avec Benzema

Dans les équipes de jeunes de l’OL, les deux prodiges cassent la baraquent. Et sont nettement au-dessus du lot. Au point de s’imposer quelques défis comme il le racontera dans « Le K Benzema », le documentaire de Canal + consacré au buteur du Real Madrid. « Quand on jouait ensemble, depuis qu’on est jeune, ça partait toujours en une-deux. On avait parfois des challenges. On faisait l’engagement et on faisait des une-deux jusqu’au but. » « Je joue aujourd’hui avec Cristiano Ronaldo, mais avec lui (Ben Arfa), c’était violent », appuiera le Madrilène.

Ben Arfa et Benzema AFP – Ben Arfa et Benzema

« Ben Arfa c’est Ronaldo »

Propulsé au rang de prodige dès son plus jeune âge, le natif de Clamart est comparé à un autre crack de Manchester United. « Ben Arfa c’est Ronaldo », s’exclame carrément Jean-Michel Aulas tandis que son conseiller Bernard Lacombe assure n’avoir jamais vu un gamin aussi doué en 20 ans. Jean-Alain Boumsong qui a côtoyé l’attaquant lors de ses six derniers mois à Lyon en 2008 confirme: « Hatem Ben Arfa c’est Cristiano Ronaldo en gaucher, déclare-t-il dans l’émission Le Vestiaire, sur RMC Sport. On avait l’impression que lui était un senior et nous des cadets. » Onze ans plus tard, la comparaison n’est plus vraiment d’actualité.

A lire aussi>> Ben Arfa, un « génie du football » pour François Clerc

Il a oublié un chèque de 90.000€ dans son casier

HBA et l’OL ne se sont pas quittés bons amis. A peine arrivé à l’OM, les tacles fusent. Pour le joueur néo-Marseillais, Jean-Michel Aulas et sa direction sont un peu trop près de leurs sous. « C’est leur spécialité d’être un peu mesquins, souffle-t-il dans les colonnes du Progrès. Dans les vestiaires, tous les joueurs se plaignaient qu’il leur manquait toujours quelque chose sur leur fiche de paie. Par rapport à cela, l’OL manque de classe, et n’est pas un grand club. » En guise de réponse, Marino Faccioli, alors directeur administratif de l’OL, raconte une anecdote sur un chèque de 90.000 euros oublié par le joueur. « Plusieurs jours après son départ, l’intendant du club a vidé le casier d’Hatem et, au milieu de divers équipements sportifs, vêtements et courriers, il a trouvé ce chèque. J’ai alors personnellement appelé son expert-comptable qui m’a dit de le lui remettre lors de notre prochain rendez-vous. Telle est la vérité qui démontre que le club a davantage fait preuve d’honnêteté que de mesquinerie. »

La bagarre avec Squillaci

En mars 2008, avant un match de Coupe de France contre Sochaux, Ben Arfa, alors âgé de 21 ans, pourrit son partenaire Sébastien Squillaci à l’entraînement. Une fois la séance terminée, le défenseur lui demande de répéter ses insultes, les yeux dans les yeux. Ben Arfa s’exécute. Bagarre. « Je ne pense pas qu’il soit ingérable, commentera plus tard le Corse sur RMC. Mais je pense qu’il a besoin d’être bien entouré et d’avoir la confiance de ses coéquipiers et de son entraîneur. » A Lyon, Ben Arfa se chauffera aussi avec Claudio Caçapa et Cris pour une bouteille d’eau involontairement renversée par le jeune joueur.

Il s’embrouille avec Aulas pour une prime

Lors de son départ à l’OM, un imbroglio administratif sur une prime que réclame Ben Arfa à l’OL est à l’origine d’un litige entre le joueur et son ancien club. L’affaire va jusqu’à la commission juridique de la LFP. Un moment très tendu entre lui et son ancien président Jean-Michel Aulas. « Sur le coup, sa conduite m’a vraiment choqué, confiera-t-il aux Inrockuptibles. Je me suis senti victime d’une injustice. Pour cette affaire de prime oubliée, je suis passé devant la commission juridique de Ligue de football professionnel et j’ai pu dire mes quatre vérités à M. Aulas. Je n’avais que 21 ans mais je lui ai demandé où était passée sa parole. Intérieurement, je me disais ‘heureusement que nous ne sommes pas des animaux sinon je t’aurais tué’. A cette époque, les gens le craignaient parce qu’il était puissant et membre de la commission. Moi, je m’en foutais. »

https://rmcsport.bfmtv.com/football/rennes-lyon-six-anecdotes-marquantes-de-ben-arfa-a-l-ol-1661230.html

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.