Trois jours après la première interruption en France d’un match de football pour des chants homophobes, la Ligue de football professionnel (LFP) enquête sur des chants entendus lors de la rencontre Rennes-PSG (2-1), qui clôturait dimanche la deuxième journée de Ligue 1, selon une information publiée lundi par Le Parisien. Le chant en question, « Paris, Paris, on t’enc*** », a été noté dans le rapport du délégué principal de la LFP qui se trouvait au Roazhon Park.

Lorsque les injures ont retenti dans les tribunes des supporters rennais, le match n’a toutefois pas été interrompu par l’arbitre principal Anthony Gautier. Il s’agit pourtant d’une mesure prévue par le règlement de l’UEFA et encouragée par Roxana Maracineanu, la ministre des Sports. La commission de discipline de la LFP devrait examiner le dossier lors de sa prochaine réunion, le 28 août.

Nancy-Le Mans interrompu

Vendredi 17 août, la rencontre de Ligue 2 entre Nancy et Le Mans (1-2) a d’ailleurs été interrompue pour ce motif durant une minute. Le stade Marcel-Picot avait alors lancé des chants hostiles aux voisins messins, avant de s’en prendre à LFP sur le même ton. L’arbitre de ce match, Mehdi Mokhtari, a d’ailleurs été salué par Roxana Maracineanu pour cette décision.

La provocation publique à la haine ou à la violence, pour des raisons d’origine ou d’orientation sexuelle ainsi que la provocation à la haine ou à la violence lors d’une manifestation sportive peuvent être punies d’un an de prison, assorti d’interdiction de stade.

https://rmcsport.bfmtv.com/football/rennes-psg-enquete-de-la-lfp-sur-des-chants-homophobes-1752272.html

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.