Alexis Pinturault

Il y a comme un goût d’inachevé. Le skieur de Courchevel est sur courant alternatif depuis le début de l’hiver, un peu à l’image de sa carrière. Monstrueux et vainqueur du géant d’ouverture de la saison à Sölden (Autriche), il s’est complètement raté sur le slalom de Levi (Finlande), et sur le géant de Beaver Creek (États-Unis), laissant passer presque inaperçue une superbe 4ème place en Super-G dans le Colorado. La face de Bellevarde est une piste qu’il adore. Il y a gagné à trois reprises en Coupe du Monde, une fois en slalom, deux fois en géant.

« C’est une piste qui m’a régulièrement souri. Mais cela ne signifie pas que je vais performer à nouveau cette année. Ce n’est pas automatique. Il y a beaucoup de choses à mettre en place. Ici, on a toujours la sensation d’être poussé à la faute. C’est ce qui fait la difficulté de Val d’Isère ». Ce week-end il se doit d’y briller sur la Face en slalom et/ou en géant pour remettre les pendules à l’heure. « J’aime l’atmosphère ici. On est devant notre public, des fans de ski. Ça fait plaisir de courir devant cette foule et de partager ces moments avec eux. C’est pour ça que Val d’Isère se passe toujours bien ».

Clément Noël

Le Vosgien sera très attendu samedi sur le slalom. Vainqueur à trois reprises l’hiver dernier, à Wengen (Suisse), Kitzbühel (Autriche) et Soldeu (Andorre), il a démarré la saison par une deuxième place à Levi juste derrière le Norvégien Henrik Kristoffersen. Presque une déception au regard de son énorme première manche finlandaise. Mais il l’assure, « le bilan est bon ».

« J’étais dans l’inconnu, un peu comme tout le monde. Ça m’a rassuré, je peux me battre avec les meilleurs ». C’est la première fois qu’il skie en France avec un statut de favori. Il est devenu en moins d’un an l’une des références du slalom au niveau mondial. Samedi, il sera attendu sur le podium.

Jean-Baptiste Grange

Tous les pays ne peuvent pas se vanter d’avoir un double champion du monde de slalom. Avec le Mauriennais, la France si. Et il ne faut surtout pas en sous-estimer la portée. Gravement blessé au genou en plein hiver dernier, Jean-Baptiste Grange a dû cravacher pour revenir et pouvoir de nouveau prendre des départs en Coupe du monde cette saison. Il avoue s’être parfois demandé à quoi bon tout donner pour revenir une énième fois sur le circuit à 35 ans, alors qu’il ne connaîtra plus jamais la gloire qui l’avaient amené entre 2008 et 2010 à remporter neuf victoires en Coupe du monde.

« La passion et une motivation intacte ». L’admirer sur la Face samedi matin sera donc encore une fois un privilège à savourer. Même si elle ne lui a jamais réussi dans sa carrière. « Je ne prête plus attention à ça. J’ai décroché des résultats intéressants quand même. C’est une piste particulière. On a fait une bonne préparation, il faut intégrer les caractéristiques de cette course ».

https://rmcsport.bfmtv.com/sports-d-hiver/ski-alpin-le-barometre-des-bleus-avant-le-week-end-de-val-d-isere-1823973.html

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.