Alexis Pinturault, vainqueur de la Coupe du monde de ski alpin, était l’invité du Super Moscato Show sur RMC ce mercredi. Il a confié son envie de s’imposer à l’avenir sur une descente.

« J’avais à cœur d’y arriver dans ma carrière. C’est chose faite. Il y a eu beaucoup d’émotion, de tension aussi. C’était un grand moment de sport et pour ma carrière. » Vainqueur de la Coupe du monde de ski alpin, devenu samedi à 30 ans le premier Français à s’adjuger le gros globe de cristal depuis Luc Alphand en 1997, Alexis Pinturault était l’invité du Super Moscato Show sur RMC. Encore sur son petit nuage après cet incroyable week-end. Il a remporté le titre avec la manière en s’adjugeant la victoire lors du slalom géant de Lenzerheide (Suisse). Une victoire qui lui a également permis de décrocher le petit globe de la Coupe du monde de géant.

>> Les podcasts du Super Moscato Show

« La seule qui me manque, c’est la descente »

« Ce que je voulais surtout, c’était remporter le globe de la spécialité. Tout se jouait sur la dernière course. Je voulais à tout prix finir sur la plus haute marche. J’ai tout donné et ça s’est bien passé. Je savais qu’il fallait que je finisse devant Marco (Odermatt) », a-t-il raconté. Le regard déjà tourné vers l’avenir. Et avec des ambitions toujours aussi élevées. « Dès le début de la saison, j’ai fait des entraînements de descente et j’avais de bons résultats. Je disais aux entraîneurs que j’avais envie de m’aligner en descente à un moment où ça pourrait être intéressant pour moi. Pas pour marquer des points, mais tout simplement parce que j’aimerais dans ma carrière peut-être gagner une descente. J’ai gagné dans toutes les disciplines. La seule qui me manque, c’est la descente. Ça peut devenir un objectif de carrière pour les années futures », a-t-il affirmé.

Deuxième de la Coupe du monde en 2019 et en 2020, longtemps confronté à la concurrence de Marcel Hirscher, Pinturault n’est que le quatrième skieur tricolore à avoir soulevé ce trophée, assurément le plus prestigieux du ski alpin. Il y avait eu avant lui Jean-Claude Killy (1967 et 1968), Michèle Jacot (1970) et donc Luc Alphand (1997).

Sur le même sujet

>> Les podcasts du Super Moscato Show

https://rmcsport.bfmtv.com/sports-d-hiver/ski-alpin/ski-j-aimerais-gagner-une-descente-pinturault-se-fixe-un-nouvel-objectif_AV-202103240331.html

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.