D’années en années, il y a de moins en moins de contre-la-montre sur le Tour de France. Pour cette saison 2020, l’organisateur Amaury Sport (ASO) a annoncé « seulement » 36 km de l’exercice qui seront parcourus à la veille de l’étape de Champs Elysées. Ce qui fait sourire Richard Virenque, qui y voit un parcours taillés pour aider Thibaut Pinot, le leader de la Groupama-FDj, a gagner. Les choses ne se finalement pas déroulé comme prévu puisque le Franc-Comtois, victime d’une chute lors de la première étape, a rapidement fait une croix sur ses ambitions au classement général.

« Aujourd’hui, on cherche à ce qu’un Français gagne »

« Même le chrono de la veille de l’arrivée à Paris a lieu dans son jardin (le tracé passe par Mélisey, village de Pinot), a-t-il commenté à La Voix du Nord. Il doit avoir des relations que je n’ai jamais eues à mon époque! (rires) Entre 1992 et 2000, j’avais quand même montré que je pouvais gagner le Tour, mais à l’époque, on me mettait des chronos de 70 km tout plat et je me prenais les rafales d’Indurain, Ullrich, puis Armstrong. »

« Je le dis en plaisantant, mais c’est vrai qu’aujourd’hui, on cherche à ce qu’un Français gagne, ce n’était pas forcément le cas lorsque je roulais. Ou alors on ne voulait pas que cela soit moi! » Sur le Tour de France 1997 par exemple, que Richard Virenque a terminé 2e à 9 minutes de Jan Ullrich, il y avait eu prologue de 7km et deux contre-la-montre de 55km et 63km. 

Virenque en veut à Eurosport et aux sponsors du Tour

Par ailleurs, l’ancien leader de la Festina, vainqueur de sept maillots à pois, a donné de ses nouvelles et a adressé quelques regrets à certains de ses employeurs comme Eurosport qui ne lui propose plus de commenter, lui préférant Steve Chainel et Jacky Durand comme consultants. « J’ai fait de la télé pendant treize ans avec Eurosport, ça se passait plutôt bien, et pourtant, on m’a mis de côté. Pour l’instant, on me laisse au placard », regrette-t-il.

De la même manière, il se sent écarté par les sponsors du Tour. « J’ai l’impression qu’on m’a bien savonné la planche et que je suis désormais blacklisté sur le village du Tour », avoue-t-il, avouant qu’il continue en revanche de travailler pour le sponsor de son ancienne équipe. « J’ai la chance de toujours travailler pour Festina… Eh oui, il y en a qui ne m’ont jamais lâché! » En 1998, l’équipe s’était retiré sous la pression des accusations de dopage, créant un tapage médiatique hors du commun. 

https://rmcsport.bfmtv.com/cyclisme/tour-de-france-virenque-s-amuse-du-trace-taille-pour-pinot-et-glisse-quelques-tacles-1976939.html

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.