Jérémie Beyou et Christopher Pratt ont terminé troisièmes de la Transat Jacques Vabre ce dimanche après un finish haletant dans la catégorie Imoca. Devancés de seulement six minutes par le navire arrivé deuxième (PRB, emmené par Kévin Escoffier et Nicolas Lunven), les skippers du Team Charal ont peiné à cacher leur déception malgré des sourires de façade.

Sous le soleil brésilien, la déception était toujours très forte chez les deux hommes, favoris au départ de la course. Mais le passage du Pot-au-noir, cette zone hasardeuse proche de l’équateur, leur a coûté cher. Le bateau Charal est resté littéralement collé sur l’eau plus de 36 heures, leur faisant perdre tout espoir de victoire. 

Pratt: « On n’était pas venu là pour ça »

Interrogés sur la satisfaction de boucler la course avec une place sur le podium, Christopher Pratt et Jérémie Beyou ont d’abord eu un rire. Rire forcément jaune en raison de leurs objectifs élevés lors de cette Transat Jacques Vabre 2019. « Forcément quand on a vu que le podium était accessible, ça nous a mis un peu de baume au cœur, a d’abord estimé Pratt au micro de RMC Sport. Mais clairement on n’était pas venu là pour ça et il y a quand même de la déception de ne pas avoir remporté cette course, c’est une évidence. »

Un amer constat partagé par son coéquipier après quatorze jours, trois heures et cinquante-six minutes d’une course haletante. « C’est beaucoup mieux d’être sur le podium mais c’est la première place qui nous a toujours animé, a reconnu Jérémie Beyou. Maintenant le Pot-au-noir, c’est juste de la malchance. Ça a été trois jours insupportables… »

L’enfer du Pot-au-noir

Troisième derrière PRB et et le duo vainqueur Eliès-Dalin, le navire Charal a perdu énormément de temps lors du passage du Pot-au-noir. Plusieurs jours où les deux navigateurs ont dépensé beaucoup d’énergie et d’influx mental pour gagner un peu de vitesse, en vain. « Ce sont des moments hyper durs à vivre. On en a pleuré chacun notre tour, a encore avoué Christopher Pratt. On passait des nuits, des heures sur le pont à changer de directions… Pas de vent, de la pluie et puis 30 nœuds… Et puis pas de vent, de la pluie… »

Seule bonne nouvelle lors de cette épreuve au beau milieu de l’océan Atlantique, Beyou et Pratt « ne se sont pas tapés dessus ». Une manière pour le premier de dédramatiser cet échec. « Il faut relativiser, y a pire dans la vie, a finalement lancé Jérémie Beyou. On a tenu bon, notre binôme a tenu bon, on ne s’est pas collé des baffes. »

Si le navire Charal ne manquait pas d’appétit au moment d’entamer cette course, il se contentera de la dernière place du podium.

https://rmcsport.bfmtv.com/voile/transat-jacques-vabre-un-podium-comme-maigre-consolation-pour-charal-1803762.html

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.