Pauline Ferrand-Prévot n’est décidément pas vernie. Contrainte de se faire opérer en janvier 2019 à la suite d’une endofibrose iliaque (un étranglement de l’artère), avant de revenir très fort à l’été avec un titre de championne de France de VTT, puis un titre de championne du monde, la coureuse française va de nouveau devoir passer sur le billard ce vendredi. A cause… d’une nouvelle endofibrose iliaque à la jambe gauche.

Forfait pour les championnats de France de cyclo-cross programmés dimanche, « PFP » a bien voulu évoquer sa situation pour RMC Sport. « Je suis surprise oui et non parce que depuis que j’ai repris le cyclocross il y a trois semaines, j’avais une sensation un peu bizarre dans la jambe, je manquais vraiment de force, confie-t-elle. Je me trouvais super bien à l’entrainement, alors j’étais étonnée de me sentir mal d’un coup. Petit à petit, j’ai compris qu’il y avait un problème. Dimanche, j’ai fait une course de cyclo-cross et j’ai abandonné à l’avant-dernier tour parce que j’avais vraiment trop mal à la jambe. J’ai pleuré quand j’ai compris que la douleur d’avant était revenue et je savais qu’il y avait de grandes chances que je doive me faire opérer de nouveau. Quand on m’a annoncé lundi que le chirurgien avait trouvé une nouvelle endofibrose, je m’y attendais un petit peu. »

« Je ne voulais pas rouler avec la douleur »

Forcément affectée par cette mauvaise nouvelle, la quintuple championne du monde ne se veut pas fataliste non plus. « Génétiquement je dois être sensible, c’est à la même jambe (que l’an dernier) mais pas au même endroit, donc ça ne veut pas dire que l’ancienne opération n’a pas marché, poursuit-elle. Je pense que la position avec la jambe pliée avec le vélo de route n’aide pas non plus. Cette blessure est toutefois moins importante. Là, on s’y est pris assez tôt donc le mal a eu moins de temps pour s’installer… »

Une chose est sûre, Ferrand-Prévot n’a pas hésité à se refaire opérer. « Comme c’est une opération qui n’est pas vitale, le chirurgien m’a demandé de réfléchir mais pour moi il n’y avait pas de réflexion à avoir. Je savais que je ne voulais plus re-rouler avec la douleur, assure-t-elle. Pour moi c’était clair, c’était l’opération ou j’arrêtais le vélo. Je ne voulais pas rouler avec la douleur, faire des courses avec, ou me réveiller le matin ne sachant pas si je pouvais m’entraîner ou pas. Donc dans tous les cas pour moi le choix était fait. »

« J’aurai 29 semaines jusqu’aux JO, ça laisse le temps de revenir à un bon niveau »

En outre, la Tricolore sait déjà ce qui l’attend en terme de convalescence et de délai de reprise, après une semaine à l’hôpital. « On estime l’arrêt à un mois et demi », précise-t-elle. Comme l’an passé, donc. Pauline Ferrand-Prévot verra si elle peut défendre son titre mondial fin juin à Albstadt (Allemagne), lors des championnats du monde pour lesquels elle espère « être opérationnelle ». Elle n’exclut pas non plus d’être au départ de la coupe de France à Marseille le 27 mars « pour une remise en jambes ». Mais son objectif numéro 1 reste bien évidemment les Jeux olympiques.

« Je sais que j’ai vraiment galéré pour revenir mais cette année on gagne une petite semaine sur le planning, observe l’intéressée. On a calculé que j’aurai 29 semaines jusqu’aux JO. Ça laisse le temps de revenir à un bon niveau. Et puis par rapport à l’année dernière, je pars de moins loin parce que mentalement c’était super dur de ne pas savoir en terme de douleur… Alors que là je rentre de stage en Afrique du Sud, j’ai enchaîné les compétitions donc mon état de forme est meilleur. »

Et de détailler ce qui l’attend d’ici la fin de l’hiver: « Pendant un mois je ne vais pas pouvoir faire grand-chose. Je vais essayer de me changer les idées, peut-être en partant quelque part. En tout cas je vais essayer de ne pas trop regarder les courses de vélo. Ensuite au mois de février je vais pouvoir reprendre la marche ou la natation, donc j’aimerais partir en stage en Afrique du Sud avec l’équipe de France pour être dans l’ambiance afin de commencer la rééducation. On est un bon groupe, on se soutient tous et toutes, donc c’est une bonne chance d’être soutenue. »

https://rmcsport.bfmtv.com/cyclisme/vtt-c-etait-l-operation-ou-j-arretais-le-velo-confie-ferrand-prevot-1837307.html

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.