Mathieu, cette victoire fait du bien au XV de France…

Ça fait du bien. On a pris du plaisir sur le terrain. Je pense qu’on en a aussi donné au public. Ça casse un peu cette mauvaise dynamique qu’on avait depuis un moment. Il faut se servir de ça pour avancer. Ça a fonctionné dans l’ensemble, c’est positif.

Que retenez-vous de ce match?

Je retiens la victoire et l’ambiance. Au Vélodrome et entre nous, c’était fantastique. On essaie de créer quelque chose. Ça peut être un nouveau départ. On prend un peu de confiance et de joie. C’était un peu la sinistrose autour et à l’intérieur de cette équipe de France.

Après huit matches sans succès, une page est-elle tournée?

Il ne faut pas s’enflammer. Il faut rester humble. Il y a encore beaucoup de chemin à parcourir. Il y a encore des petits points à améliorer. On peut éviter certains essais. On a 15 jours pour préparer le choc contre les Anglais. On n’est pas favoris. C’est tant mieux. A nous de rester dans notre petite bulle. Je ne peux pas m’avancer et dire qu’on va marcher sur tout le monde. Ce n’est pas vrai. Ce serait vous mentir et se mentir à nous même. On sort la tête de l’eau. On reste à notre place. Si on perd les deux matchs suivants, celui-ci sera vite oublié. On sait d’où on vient, on sait où on veut parler.

On vous a senti particulièrement inspiré dans ce Vélodrome…

Je suis venu quelquefois avec mon club (RC Toulon). C’est un stade mythique avec une super ambiance. C’est toujours un plaisir de venir ici.

Il y a eu quelques imprécisions en première période à quoi cela est dû?

On a eu envie de trop bien faire. On a vu qu’il y avait des trous dans les 22 mètres, qu’on pouvait scorer assez facilement. Il y a eu de la précipitation. On n’est pas resté dans les systèmes et on a perdu des ballons. Mais je préfère ça plutôt que de jouer petit bras et ne rien tenter.

Vous avez donné de la voix ce vendredi soir?

Je ne sais pas si j’ai trop parlé. Je ne suis pas un grand parleur. Parler, parler, parler agace plus qu’autre chose. J’essaie de donner les bons mots aux bons moment. J’ai essayé de jouer mon rôle. De rassurer, de motiver. Il y a un capitaine (Guilhem Guirado), je le laisse faire son boulot.

A lire aussi >> France-Italie: les Bleus mettent fin à leur série noire, mais ça reste poussif

http://rmcsport.bfmtv.com/rugby/xv-de-france-bastareaud-il-ne-faut-pas-s-enflammer-1381164.html

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.